Non ! Le prince Albert n’est pas Jack l’éventreur !

Description de cette image, également commentée ci-après

WIKIPEDIA indique :

Albert Victor Christian Édouard de Galles (en anglais, Albert Victor of Wales), prince du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande devenu duc de Clarence et Avondale, est né le 8 janvier 1864 à Windsor, dans le Berkshire et décédé …

toujours selon WIKIPEDIA, le : 14 janvier 1892 à Sandringham House,

et bien pas si sûr …

De plus WIKIPEDIA nous fournit les informations suivantes :

“Dans les années 1960 et 1970, on prétendit que le prince Albert Victor aurait été, soit l’auteur, soit le commanditaire, des meurtres de Jack l’Éventreur en 18881. On prétendit de plus que le prince avait eu une liaison avec une des victimes, Martha Tabran, et qu’il était le père d’un enfant vivant dans le quartier de Whitechapel à Londres, et que le prince lui-même, ou bien divers hauts responsables, avaient commandité les meurtres afin de couvrir ses frasques. Ces rumeurs, largement propagées, ont alimenté diverses œuvres de fiction, mais les historiens2 ont apporté des preuves indiscutables de l’innocence du prince. Par exemple, le 30 septembre 1888, date des meurtres d’Elisabeth Stride et de Catherine Eddowes, le prince était à Balmoral (la résidence royale en Écosse) en présence de la reine Victoria, et d’autres membres de la famille royale, de princes de l’Empire allemand en visite et de nombreux membres de l’intendance. Des journalistes l’y ont également vu. D’après la liste des engagements royaux, il ne pouvait être à proximité d’aucun des lieux où ont eu lieu ces meurtres”.

Désormais de nouveaux éléments fournis par Couic le charcutier nous permettent d’affirmer que le prince Albert n’est pas, et n’a jamais été, Jack L’éventreur !

La vérité est bien plus terrible et dure à entendre…

Pour tout savoir sur cette histoire , il faudra vous fader la lecture de “Réseau Trouitter”, la 7ème tranche des singulières aventures de Couic le charcutier (disponible sur les plateformes KOBO, KDP, Apple).

Inutile !

Inutile eBook by Marc Jamois

On a beau disposer d’un sujet historique de premier ordre, lorsque les personnages de votre ouvrage et vos lecteurs se liguent contre vous, la tâche de l’écrivain s’avère pour le moins ardue.

La situation dérape quand l’issue réside dans l’élimination physique du plus célèbre des journalistes littéraires, de surcroit directeur d’une académie prestigieuse.

Peut-on alors s’étonner si les catastrophes s’enchainent ?

La troisième guerre mondiale menace, un président de la République échappe de peu à un attentat agricole. Les sorciers du Berry mènent le sabbat infernal, tandis qu’une péniche en folie affole les éclusiers du Rhône.

On se doute où tout ceci finira…

Tout au long de ce récit insensé, c’est en fin de compte le processus de l’écriture qui émerge en image subliminale.

https://www.kobo.com/fr/fr/ebook/inutile-1

Jim aura t-il la peau de Marc ?

Je suis en train de terminer mon deuxième roman sous le nom de Marc Jamois. Il se présente comme une suite de Trece Timpul ou plutôt comme une conséquence de celui-ci.

Il se passe beaucoup de choses étranges et dérangeantes dans ce livre, et il se pourrait bien que cela soit le dernier écrit sous mon véritable nom.

Trece timpul raconte l’histoire d’un type qui essaie toute sa vie d’écrire un bouquin. Et on le voit naitre et progresser ce fichu bouquin Et pourtant c’est tout le contexte dans lequel il est écrit qui constitue le véritable sujet du rlivre; Une sorte de roadmovie autobiographique (l’expression m’a été fournie par un lecteur), qui débouche sur une mise en abyme du livre dans le livre.

Je pensais pouvoir présenter Inutile, c’est le titre du livre, au concours Kobo/Prélude  “Les talents de demain” mais je ne suis pas tout à fait prêt. C’est pourquoi ,compte tenu du nombre de commentaires élogieux et qui m’ont surpris moi-même que j’ai reçu sur le site monBestseller.com, je vais donc proposer Trece Timpul pour ce concours.

Inutile paraitra plus tard…


Vive le pinard !

Chapitre 1 – Ça papillonne au Vatican !

… Fier inventeur de la pomme de terre
On a donné ton nom à des esquarr’s
Mais dis-nous donc, alors, que faut-il faire
Pour honorer l’inventeur du pinard ?
Madame Tutu épluche ses pommes de terre en chantonnant « Vive le pinard », chanson célèbre, créée par Charles-Joseph Pasquier, dit Bach, au 140ème de ligne pendant la guerre de Quatorze.
De l’étage, depuis son laboratoire, le professeur Tutu, entomologiste distingué, entonne le refrain :
Un ! deux !
Le pinard c’est de la vinasse
Ça réchauff’ là oùsque ça passe,
Vas-y, Bidasse, remplis mon quart
Viv’ le pinard, viv’ le pinard !

Décidément, l’atmosphère est bien guillerette dans la villa Zinzina les Flots Bleus, la vaste demeure du Professeur Tutu et de son épouse, née Roselyne Gladiateur, qui perche sur les hauteurs de Ladignac Sur Rondelle…
Mais voici qu’on sonne à la porte.

Vulgarité ?

Les commentaires publiés sur les sites de téléchargement des livres ont ceci de frustrant qu’il n’est pas possible d’y répondre…

Voici un exemple :

Mi figue mi raisin

récit présenté comme loufoque mais qui tombe parfois dans la franche vulgarité et nombreuses coquilles qui perturbent le fil de l’histoire m’ont souvent dérangée.
(avec 3 étoiles)
Avant toute chose, je remercie ce lecteur, ou lectrice d’avoir pris la peine de poster cette critique. Je suis sincère : tout plutôt que l’indifférence !
Vulgaire ?
Je me permets de faire mienne cette citation du regretté Coluche : “Je ne suis pas vulgaire, je suis grossier. Merde !”
Oui je l’assume, dans Couic on trouvera  “des gros mots” et souvent… mais pas de violence, pas de sexe … où si peu. De la grossièreté donc mais pas de vulgarité.
Un fil de discussion entre grossièreté et vulgarité (dont je me défends) ici
Alors demeurent les coquilles…
Oui mais mais si les photes d’aurtografe sont traquées, à grands renforts d’Antidote et autres relecteurs et trices… il doit manifestement en rester. et ce n’est pas bien !
J’aimerais que l’on me les signale !

Couic : les compilations.

Cinq rue Ramsès Elfeut est une compilation enrichie d’un fil conducteur des cinq premières aventures de Couic le charcutier.

Si les aventures de Couic sont calibrées pour une lecture courte sur une liseuse ou un téléphone, Cinq rue Ramsès Elfeut a la consistance d’un “vrai” livre, disponible en édition papier sur Amazon.

Trilogie sous blister est également une compilation qui comme son titre l’indique regroupe les trois premières aventures de Couic, mais sans fil conducteur. Disponible également en édition papier sur Amazon.

Sixième tranche !

La sixième tranche des aventures de Couic est parue… Disponible en numérique et papier sur les plateformes d’Amazon et Kobo ! La rocambolesque épopée pour la conquête de la Lune imaginée par Joseph Staline vient de se conclure de l’étrange manière...

La sixième tranche des aventures de Couic est parue… Disponible en numérique et papier sur les plateformes d’Amazon et Kobo !

La rocambolesque épopée pour la conquête de la Lune imaginée par Joseph Staline vient de se conclure de l’étrange manière que l’on connaît.

Il est temps pour nos héros de retrouver la mère patrie.

C’est une croisière paisible à bord de ce bon vieux Judas des Épinettes, cargo mixte de la compagnie des Chargeurs Amalgamés qui attend nos amis.

Mais voilà qu’une suite d’évènements inattendus vont précipiter Couic et son fidèle Fricandeau dans les montagnes de la province du Shaanxi qui abritent le refuge des communistes Chinois. L’époque est troublée, le futur grand timonier vient juste d’achever sa longue marche dans un pays en pleine guerre civile et il a mal aux pieds.

Quel est donc ce mystérieux projet qui tarabuste Mao Tse Toung et qui va entrainer notre commis charcutier à Ladignac sur Rondelle dans une nouvelle série d’aventures ? Une nouvelle fois, elles toutes seront plus frappadingues les unes que les autres ?

Rencontres déconcertantes et situations ébouriffantes attendent le lecteur au tournant dans cette Chine en pleine ébullition.